Compte rendu réunion UOA 25/05

Bonjour à tous,

Récemment, une nouvelle information sur la notation des examens d’aptitudes théoriques a été découverte suite à une erreur d’adresse mail de la part du CNOV envers nous.

Nous avons malencontreusement reçu les résultats d’une candidate ayant été ajournée, à la place des résultats généraux des examens théoriques récents.

Nous avons été étonnés de voir que cette candidate a été ajournée en ayant eu 61 bonnes réponses sur 120. Notre syndicat ainsi que tous les autres syndicats et personnes engagées aux comités de pilotages et aux comités d’experts, pensions que pour avoir 10 à cet examen, il était nécessaire d’obtenir 60/120.

Nous avons interrogé Mr Guérin, le président de l’ordre des vétérinaires pour savoir si le barème avait donc changé et était passé de 60 à 70 bonnes réponses obligatoires.

Nous avons reçu cette réponse :

« L’épreuve prévue, par voie règlementaire, dont l’organisation est confiée à un jury présidé par le Président du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires, n’est pas un examen visant à sélectionner des candidats mais une reconnaissance des compétences ouvrant droit à un exercice légal d’actes réservés auparavant aux seuls docteurs vétérinaires. L’examen du code de la route est organisé selon le même principe. Le jury est souverain et aurait pu exiger un résultat de 100 % de bonnes réponses.

Conformément à l’article 4 de l’arrêté du 19 avril 2017 et sur décision du jury applicable depuis la première session de l’épreuve d’admissibilité, la note de 10 / 20 permettant d’accéder à l’épreuve d’aptitude est attribuée dès lors que le candidat obtient 70 bonnes réponses au QCM sur les 120 questions posées.

Aucune modification des modalités du QCM n’a été mise en place conformément aux débats du comité de pilotage dernier. Les quatre jours d’épreuve de QCM organisés depuis le départ (25 juin 2018 – 19 novembre 2018 – 17 janvier 2019 – 25 avril 2019) n’ont pas vu les modalités changées en dehors du % de questions d’anatomie préconisé par le comité d’expert tout en restant dans le % des questions des compétences fondamentales. Les évolutions évoquées par le comité d’expert et le comité de pilotage n’ont pas été appliquées et ne le seront qu’après consensus au sein du comité de pilotage. »

Ces informations ne nous semblent pas suffisantes, nous avons donc demandé à ce que ce sujet soit inscrit à l’ordre du jour du comité de pilotage « ostéopathie animale » du 25 juin.

A la suite de ces échanges avec le CNOV, du taux de réussite catastrophique des derniers examens théoriques et suite aux courriers de l’UFEOA et de l’OAE au CNOV et des réponses reçues, nous nous sommes réunis avec l’UOA (Union des Ostéopathes Animaliers, qui regroupe différents syndicats dont le nôtre) pour se positionner sur la situation et envisager des solutions. En effet, un des rôles de la fédération (UOA) est de travailler ensemble (stagiaires, centres de formations et professionnels) afin de former une réponse unie et forte sur les différents dossiers traités.

Lors de la réunion, nous avons analysé les faits suivants :

  • Les éléments de notation à 70/120 pour obtenir 10/20, n’a jamais été énoncé par les instances décisionnaires, ni à l’écrit, ni à l’oral, lors des diverses réunions des comités d’experts ou de pilotages.
  • Suite au très faible taux de réussite des dernières sessions d’examens théoriques par rapport aux précédentes ; nous pensons que le niveau demandé lors de ces sessions est inégal de l’une à l’autre.

En effet, depuis la première réunion au Ministère de l’Agriculture faisant état de décrets visant à « encadrer » la pratique d’actes d’ostéopathie animale, nous avons été conscients des risques encourus et nous avons tout tenté, au prix fort, afin que ceux-ci ne puissent être mis en place dans la forme actuelle.

Ces actions n’ont pas abouti et nous ne pouvons que le regretter, encore plus au vu de la situation et du déroulement actuel.

L’UOA a largement contribué à l’obtention d’une clarification de la notation, à l’envoi des résultats détaillés aux candidats ajournés et à la mise en place d’un référentiel, base de travail indispensable à la préparation des candidats.


La décision commune est de continuer ce travail et non d’engager un combat sur des points discutables, puisque comme le souligne Mr Guérin, c’est « de sa bienveillance que perdure l’existence des comités existants et la discussion ». La notation n’ayant jamais été abordée aux comités de pilotages ou aux comités d’experts, nous n’avons aucun droit dessus et nous pensons que toute action sur ce sujet ne pourra donc pas être efficace, mais même plutôt néfaste.

Malgré tout, notre vigilance restera extrême afin d’engager des actions si ces tentatives de dialogue et d’avancée communes n’aboutissent pas et que des candidats sont ajournés à nouveau dans des conditions suspectes.

Le prochain comité de pilotage est proche et il sera l’occasion d’envisager tous ces points et d’en discuter sérieusement. D’autant plus qu’il n’y a pas d’examen d’aptitude théorique ou de pratique entre temps.

Vous pouvez nous donner vos avis sur la situation et sur vos ressentis quant aux examens cité ci-dessus, en répondant à ce questionnaire. Il a été réalisé par nos soins afin de faire un état des lieux et une étude complète du sujet.

Ostéopathiquement,

Le bureau du GSOAE

Laisser un commentaire